2 min lu
11 Oct


Klaus Schreiber est né en Allemagne et a grandi dans la pauvreté après la Seconde Guerre mondiale. Il épousa Gertrude en 1946 et ils eurent quatre enfants. Malheureusement, sa vie a été marquée par le décès de nombreux membres de sa famille proche. Gertrude est décédée peu de temps après avoir donné naissance en 1960 à leur quatrième enfant, Karin. En 1968, leur fils, Robert, meurt d'un accident de moto. La mère de Schreiber est décédée à l'âge de 81 ans, en 1977. Karin s'est blessée au travail et est décédée l'année suivante. Leur décès a été suivi du décès de son neveu, de sa belle-sœur et de son beau-frère.
Schreiber a pris sa retraite de technicien en protection incendie à Aix-la-Chapelle, en Allemagne, en 1982, en raison de problèmes de santé. Un matin, alors qu'il regardait "Incredible Stories" à la télévision, il a été inspiré par le sujet des phénomènes de voix électroniques (EVP). Après avoir discuté des EVP avec ses amis, il a décidé de faire une expérience. Il a acheté un magnétophone, a mis une nouvelle bande et a commencé un enregistrement. Il s'adressa à Peter, un ami décédé qui connaissait toutes les personnes présentes à la réunion. Peter a répondu: "bonjour les amis" sur la bande.
Schreiber a été tellement impressionné qu'il a transformé son sous-sol en un laboratoire d'enregistrement audio et vidéo. Au cours de ses expériences, il a entendu la voix de sa fille, Karin, et des autres membres de la famille. C'est à travers ces messages audio qu'il a reçu des instructions pour capturer des images vidéo. En mai 1984, il reçut le message suivant : « Record on TV ».
Il a essayé plusieurs techniques pour enregistrer des images à partir du téléviseur, en le réglant sur une chaîne vide, en capturant des images au ralenti et en accéléré, mais tout a échoué. Il a combiné une caméra vidéo, un téléviseur noir et blanc, des enregistreurs vidéo et deux amplificateurs vidéo pour essayer d'améliorer l'image et la résolution. Il a également ajouté des lampes UV et infrarouge à la lumière ambiante et une feuille d'aluminium pour refléter la lumière sur l'écran du téléviseur. Il s'est finalement retrouvé avec le téléviseur enregistrant sa propre image dans un système de rétroaction. Il se retrouve avec un écran à effet lumineux qui oscille périodiquement.
Le « Vidicom » de Schreiber a été utilisé pour la première fois le 30 septembre 1985. Le chercheur et physicien Prof. Dr. Ernest Senkowski a été témoin du phénomène et a garanti son authenticité. Schreiber a décrit la procédure comme un moyen d'activer un champ "morphogénétique". Il a photographié des images de nombreux étrangers ainsi que sa famille et des personnes célèbres, dont Albert Einstein.
En 1986, la deuxième épouse de Schreiber, Agnès, est décédée. Schreiber a suivi deux ans plus tard en 1988 après avoir subi une crise cardiaque. Sa nécrologie disait : « Il n'y a pas de mort – il n'y a qu'un passage à un autre niveau d'existence. - Je suis avec toi. "
Schreiber a laissé derrière lui une grande collection d'images vidéo. Martin Wenzel a continué à travailler avec la technique et a capturé des images supplémentaires. Selon le groupe luxembourgeois ITC, Klaus Schreiber continue de diffuser des images en espérant être capté par des chercheurs ici sur Terre. "On nous dit que des images comme celles-ci restent dans" le quantum de l'absence d'espace et de l'intemporalité ", et peut-être que ce n'est qu'une" question de temps "et de réceptivité avant qu'elles ne soient capturées par l'équipement des expérimentateurs réceptifs de l' ITC sur Terre.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.